samedi 20 janvier 2018

Les énarques et la DGSE

Naguère, les énarques nouvellement diplômés ne songeaient pas entrer à la DGSE. Les temps ont changé et depuis quelques années, ceux n'hésitent pas à rejoindre le boulevard Mortier à Paris. Estimant les perspectives de carrière intéressantes. Les postes proposés par la direction générale de la sécurité extérieure, un tous les deux ans généralement, trouvent facilement preneurs. L'ancien directeur général du service, Bernard Bajolet, un ancien de l'école, n'a pas hésité à venir séduire les élèves de la promotion Louise Weiss, en février dernier. Début janvier 2018, des représentants de la Piscine ont présenté, en compagnie de collègues de la DGSI, de la Direction du renseignement militaire, de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), de Tracfin, du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), les enjeux géopolitiques et de sécurité aux élèves de la nouvelle promotion. 

dimanche 14 janvier 2018

Visite sénatoriale au 1er REC

Celle-ci se déroulera le 25 janvier prochain. Y participeront, une trentaine de sénateurs membres de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées de la haute assemblée. Ceux-ci seront accompagnés du général Bosser, chef d'état-major de l'armée de terre. Cette visite au 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC) de Carpiagne (Bouches-du-Rhône) est, notamment, destinée à présenter l'entrainement d'un régiment avant projection. Cette commission qui compte 49 membres est présidée par Christian Cambon, sénateur du Val-de-Marne (LR).

jeudi 4 janvier 2018

Le général Le Pelletier de Woillemont secrétaire général adjoint du SGDSN


C'est ce parisien, issu des troupes de marine, qui a été choisi comme numéro deux du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) et secondera ainsi Louis Gautier. Le général Le Pelletier de Woillemont avait commandé en 2016 l'opération Barkhane. Avec cette nomination, il gagne sa quatrième étoile et remplace à ce poste le général de corps aérien Philippe Steininger.

mercredi 3 janvier 2018

Les recrues transgenres acceptées dans l'armée américaine

Depuis le 1er janvier, le Pentagone autorise les personnes transgenres à s'enrôler dans l'armée. A condition qu'un certain nombre de critères, physiques et médicaux soient remplis. Cette décision peut être considéré comme un échec pour le président Donald Trump qui s'y était opposé. C'est son prédécesseur, Barack Obama qui avait accepté que les armées américaines puissent accueillir des recrues transgenres, le 1er janvier 2017. Date repoussée d'un an par le ministre de la défense. Mais récemment plusieurs décisions de justice ont suspendu l'interdiction de M. Trump, considérée par certains magistrats comme inconstitutionnelle.

dimanche 31 décembre 2017

Légion d'honneur : 2 deux des 10 derniers Compagnons de la Libération promus


Ils sont tous deux nés en août 1920. Ils ont tous deux rallié l'Angleterre et le général de Gaulle à l'été 1940. Ils sont tous deux Compagnon de la Libération. Daniel Cordier, secrétaire de Jean Moulin d'août 1942 à juin 1943 et Hubert Germain, qui servit comme officier au sein de la 13ème Demi-brigade de Légion étrangère (13ème DBLE) sont élevés à la dignité de grand'croix de la Légion d'honneur. 
La promotion du 1er janvier 2018, publiée ce matin au Journal officiel, compte 336 personnes à parité exacte et "illustre la volonté d'un respect plus strict des critères d'attribution et des valeurs fondamentales du premier ordre honorifique : universalité, mérite, contribution au bien commun" précise la grande chancellerie de la Légion d'honneur dans un communiqué. Le président de la République, grand-maître de l'ordre, avait décidé à l'automne, une révision des critères d'attribution, annonçant une réduction du nombre de bénéficiaires. La dernière promotion du président Hollande, Pâques 2017, comportait 562 noms, celle du 1er janvier 2017, 731.

samedi 30 décembre 2017

Plus de 600 militaires blessés en OPEX de 2007 à 2016

620 militaires français ont été blessés en opérations extérieures (OPEX) entre 2007 et 2016. Ce chiffre est cité dans le rapport du Haut comité d'évaluation de la condition militaire. Habituellement, l'état-major ne rend pas public ce type d'informations, estimant que les blessés ne doivent pas devenir "des trophée pour l'ennemi." Dans le même temps, 154 soldats ont été tués.
Par ailleurs, entre 2009 et 2016, 2200 militaires ont été victimes de stress post-traumatique, indique le rapport.